Judo Ju-jitsu Club Savigny
Case Postale 99 - 1073 Savigny
079/594.82.30 - info@jjcs.ch

Accueil

Actualités

Agenda

Revues de presse

Galeries

Le Ju-jitsu

Le Judo

Bénéfices du Judo / Ju-jitsu

Le club

Comité

Contact

Les cours

Horaires des cours

Les moniteurs

Les cotisations

Inscription liste d'attente

Documents

Documents public

Liens

Liens
Agenda
Le Ju-jitsu
La technique de la souplesse

Qu'est-ce que c'est ?

Le Ju-jitsu était la méthode de combat à mains nues de prédilection des samouraïs.

Cette discipline très complète intègre des techniques de clouage au sol, des clés d’articulation, des projections et des coups portés avec différentes parties du corps. Ce style est réputé très efficace dans les affrontements individuels c’est pourquoi il est utilisé en autodéfense ou dans certains services de police de par le monde. Il met en éveil l’instinct de survie de l’individu et le porte à considérer certaines situations conflictuelles avec stratégie et détermination.

Comme le judo il est destiné à tout type de pratiquant.




Histoire du Ju-jitsu

Le ju -jitsu , ou technique de souplesse, est un art martial composé d’un ensemble de techniques de défense à mains nues.

L’origine du ju-jitsu est difficile à établir. Il y a tant à dire que c’en est le sujet de nombreux livres. D’une manière générale, tout le monde s’accorde sur le fait qu’il s’agit, à la base, des techniques de combats à mains nues des samurais.

Lors des guerres civiles qui ravageaient le Japon féodal, ces guerriers qui portaient des armes comme le katana , le tanto ou l’arc, devaient être capable de se défendre lorsqu’ils étaient désarmés. A cette fin, ils utilisaient des techniques qui visaient à casser des os, luxer des articulations et/ou provoquer la mort de l’ennemi. Chaque école de combat (koryû ) avait ses propres techniques et celles-ci étaient jalousement gardées.

La fin de ces guerres marqua le début de l’ère Edo (1603 – 1868). Cette période posa problème aux samurais car n’étant plus engagés dans les batailles, ils n’avaient plus de revenus. Beaucoup devinrent professeur d’arts martiaux et comme selon la loi en vigueur à cette époque, eux seuls pouvait porter le sabre, ils enseignèrent leurs techniques à mains nues. La variété et le nombre de koryû donna naissance à plus de 700 styles de combat différents qui furent tous collectivement appelés ju-jitsu.

Lorsque le féodalisme fut aboli durant l’ère Meiji (1868 – 1912), la caste des samurais fut démantelée et le port du sabre interdit. La pratique des arts martiaux anciens fut même déclarée criminelle par un édit impérial. Certains maîtres continuèrent malgré tout à pratiquer en secret. D’autre reprirent les fondements de leur art, les adaptèrent et développèrent ainsi de nouveaux arts martiaux comme le judo ou l’aïkido.

Ce n’est qu’avec la fin de l’occupation américaine en 1951 que l’interdiction de pratiquer le ju-jitsu fut levée, permettant ainsi sa libre pratique et son développement.

Bien que d’origine guerrière, le ju-jitsu, grâce à son code d’honneur hérité du bushido des samurais, prône entre autre, l’entraide, le respect de son prochain, le dépassement de soi et la persévérance.

Le ju-jitsu, sous sa forme actuelle, est un ensemble de techniques d’autodéfense qui sert, certes, à pouvoir appréhender de la meilleure façon possible une situation dangereuse, mais également à savoir les éviter, à se dépasser et à prendre confiance en soi. Il ne nécessite pas de qualités physiques exceptionnelles et peut-être commencé à tout âge du moment que l’on soit en bonne santé.